23 février 2018

Billet d'Humeur : je me suis pris le monde réel en pleine figure et...


https://mamaisonestencarton.blogspot.com/2018/02/realite-en-pleine-figure.html





Je ne cesse d'y penser. Bon... d'accord, je sais que je suis sensible et que j'exagère surtout depuis mon burn-out. J'ai rarement utilisé mon blog pour y faire un billet sur mes problèmes existentiels quand cela n'a pas de rapport avec ma passion pour l'univers du carton.

Cette plongée dans la société réelle et ses violences a eu lieu à un moment où je m'y attendais pas du tout. A un moment plus que routinier auquel chacun-e de nous est confronté-e, se rendre dans un magasin pour se ravitailler; On aime ou on n'aime pas mais c'est incontournable.



Pour ce qui me concerne, je cherche à y passer le moins possible de temps et le moins possible d'argent. En général, je me rends dans une surface de Discount une fois par mois pour faire un plein surtout que maintenant on peut y trouver une gamme de produits bio; ma situation professionnelle et familiale ne me permettent pas de faire autrement.

discount et pauvreté

Samedi dernier, je me suis rendue chez Aldi (pour ne pas la nommer). Muni de mon caddie, je commence mes courses.

 A coté de moi, se trouve un jeune garçon d'une dizaine d'année et sa maman. Après quelques minutes d'observation, je compris que c'était compliqué pour eux. ils regardaient, soupesaient les produits, scrutaient les étiquettes de prix. Le jeune garçon tenait une calculatrice.

Je décide de me faire le plus discrète appréciant ma chance de ne pas être contrainte de devoir compter chaque centime et de pouvoir mettre ce que je voulais et ce dont j'avais besoin, me permettant même des petits écarts. j'avançais quand j'entend le jeune garçon s'exclamer: "Maman, tout le monde n'a pas besoin de savoir qu'on est pauvres !".

J'avoue que ça m'a glacé le sang stupéfaite d'entendre ce jeune garçon un peu plus jeune que le mien. J'ai continué mes courses espérant les croiser pour aller vers eux et peut-être échanger quelques mots sans les mettre mal à l'aise. Mais, le fait de tout comptabiliser tout, leur prenait du temps tandis que moi j’avançais rapidement connaissant les rayons du magasin par cœur.




 Alors l'histoire aurait pu s’arrêter là. Pour avoir travailler dans la grande distribution quand j'étais étudiante, je savais qu'une petite ou grande surface était un miroir de la société.

Venant de passer à la caisse, je me retrouve au niveau d'un homme, la quarantaine, avec plusieurs produits dans les bras et qui s'en allait comme moi.

Toujours au même niveau, nous nous dirigions, chacun, vers nos voitures respectives.

Et là je découvre la sienne, un superbe coupé Audi sportive, gris.

Là j'avoue, avoir ressenti en moi un malaise ayant encore à l'esprit la réflexion de ce petit garçon. Dans ma tête, ça se bousculait : incompréhension, Indécence, liberté d'aller où on veut faire ses courses, choquée, violence, frustration, monde réel.



Je n'arrivais pas et n'arrive toujours pas à comprendre pourquoi je suis si ébranlée.

Est-ce une prise de conscience de la société telle qu'elle est avec ses fractures? Est-ce que je ressens trop d'empathie envers ce jeune garçon et sa maman? Je ne peux reprocher à ce monsieur d'avoir réussi dans la vie et de pouvoir faire ses courses où il veut. C'est son droit même si cela m’apparaît comme indécent. Les "discounts" doivent-ils être réservés aux gens modestes? bien sûr que non, c'est évident.

dessin accroissement inégalités


Faut-il que j'accepte cette société sans me poser de questions? quelle impuissance je ressens... Voilà où j'en suis de mes réflexions. Alors vous avez certainement un avis sur cette histoire. L'espace "commentaires" ci dessous vous attend.

révolution française et fin des inégalités



18 commentaires:

  1. Ton témoignage est très prenant. Ça me fait penser à l'histoire du pot de Nutella. Certains ont vu du ridicule, moi la première pour être honnête. Mais ça reflète l'histoire du petit garçon. Imaginons ces gens qui ne prennent que de la pâte à tartiner et un jour ils se rendent compte qu'ils peuvent faire plaisir à leurs enfants avec du vrai Nutella ça donne ce qu'on a vu à la télé.
    Quant au mec avec sa audi, oui c'est frustrant mais comme tu dis les magasins sont à tout le monde. Il n'y aura pas moins de produits. C'est indécent pour ceux qui n'ont pas le choix de les fréquenter mais c'est comme ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu as très bien compris ce qui me tourmente et que je n'arrivais pas à classer dans ma tête. avoir vos opinions m'aide à prendre du recul car je ne peux faire que ça malheureusement et agir quand je le peux, c'est à dire dans des actions citoyennes dans ma ville.

      Supprimer
  2. Je comprends ce que tu décris et c'est vrai que les inégalités sont partout. Mais tu ne connais pas l'historique ni de l'un, ni de l'autre. Peut-être que le mec au coupé a été dans le besoin, et peut-être que la dame et l'enfant dans le besoin ont eu de l'argent avant. Ça ne justifie rien ; personne ne devrait jamais être dans le besoin mais simplement pour dire que tout n'est pas tout noir ou tout blanc. Je sais que tu n'as jugé personne dans ton article. Il faut faire à sa mesure, donner ce que l'on peut. Peut-être, sûrement ce n'est pas assez.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui c'est certain il faut que je convertisse cette impuissance en quelque chose de positif. c'est le travail que j'ai à faire. Mais ne plus observer les gens qui nous entourent, faire comme si il y avait rien c'est impossible pour moi

      Supprimer
  3. Personnellement, il est aussi possible que cet homme et fait un crédit pour cette grosse bagnole et que maintenant il a des difficultés à joindre les 2 bouts...

    La richesse ce n'ai pas que l'argent... je prefere être de loin d'une famille dite pauvre avec plein d'amour... que bourré de pognon et sans amour

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu as aussi raison. Ne pas se fier aux apparences. Mais j'ai un sixième sens pour détecter ce genre de situation. Mais j'entend encore la voix de ce jeune garçon. C'est difficile de faire la part des choses.

      Supprimer
  4. Ralala très délicat comme réflexion ! Comme mentionné plus haut, on ne connaît les histoires de chacun qu'avec ce chacun veut bien nous montrer et qu'avec nos interprétations propres. Tous les scénarios sont possibles ! Comme celui effectivement du gars blindé qui file dans les discounts, ça peut sembler indécent effectivement mais c'est son droit aussi comme tu l'écris.
    Les décalages font clairement mal au coeur cela dit, ça c'est clair...

    RépondreSupprimer
  5. Tu as bien résumé la situation. J'avais besoin de parler au lieu de me taire, et de subir. Je me suis investie dans plusieurs mouvements citoyens de ma ville pour faire changer les choses parce que j'en avais marre de voir les gens longer les murs et ne rien dire et accepter. On obtient pas mal de résultat. Mon seul regret c'est de ne pas avoir été vers ce jeune ado pour lui dire une parole positive en banalisant le truc... j'aurais trouvé quelque chose d'adapté je suis sûre. enfin c'est ainsi...

    RépondreSupprimer
  6. Coucou j'ai beaucoup aimé te lire! en effet une situation tellement réelle .

    RépondreSupprimer
  7. J'ai beaucoup de mal moi aussi avec ces situations qui me touchent et je ne sais pas toujours comment agir. Avant nous habitions dans le 18eme à Paris, nous étions sans cesse confronté à ce genre de situation et nous avions l'habitude de partager,nous donnions des sacs de vêtements, des jouets en sachant qu'ils étaient aussitôt utilisés. Aujourd'hui nous avons déménagé et ces situations se font rares mais j'essaie de rappeler aux enfants que l'entraide est importante.

    RépondreSupprimer
  8. C'est une situation délicate !!! et qui malheureusement arrive de plus en plus et pas que dans les grandes villes ...

    RépondreSupprimer
  9. Je suis totalement d'accord avec toi ma belle... C'est triste et choquant à la fois mais qu'y pouvons-nous, nous ?

    RépondreSupprimer
  10. C'est vrai que les inégalités sont partout. Pour autant ce Monsieur a sans doute des priorités qui ne sont pas dans la nourriture mais sa voiture ou les choses qu'il possède. OU bien il y a des dizaines d'autres hypothèses car on ne connait pas sa vie...

    RépondreSupprimer
  11. Je ne sais pas trop par quoi commencer, que dire et pourtant j'ai envie de partager sur cette situation que tu as vécue. Ca me rappelle la première fois que j'ai marché aux champs Elysées. Je voyais les boutiques de luxe, les hôtels avec des entrées juste magnifiques, les voitures comme rarement on en voit. J'avais des étoiles pleins les yeux. Et puis petit à petit, on déchante et on voit juste à côté, à l'entrée de ces magasins, de ces hôtels, des SDF parfois avec des enfants. Voir tant de contraste dans un même lieu, alors que ça paraissait normal à tout le monde ! Je me suis sentie tellement mal, tellement impuissante devant tant d'injustice et d'incompréhension...Et ces situations deviennent courantes et banales pour certains, c'est le pire... Je comprends ce que tu as pu ressentir !

    RépondreSupprimer
  12. C'est vrai que c'est une situation délicate. Malheureusement, il y a des inégalités partout et ça continuera comme cela ...

    RépondreSupprimer
  13. Ton récit me prend à la gorge et me fait penser à ce qui m'est arrivé il y a une dizaine d'années : en grande détresse financière également, je faisais les courses dans un petit supermarché avec mon fils de 3 ans à l'époque. J'avais moi aussi, une calculatrice en main avec un budget très serré à ne pas dépasser.
    Mon petit garçon s'approche doucement du rayon jouets, attiré par les couleurs, désigne une petite voiture, et me dit très calmement "Tu vois, j'aimerais bien avoir cette voiture, mais je sais que ne peux pas parce qu'on n'a pas assez d'argent."
    Il ne l'a pas dit pour m'inspirer de la pitié, puisqu'aussitôt il s'en est détourné et a continué tranquillement à me suivre dans les rayons. Mon coeur de maman a eu bien mal ce jour-là

    RépondreSupprimer
  14. Quelle maturité de ce petit bonhomme ! C'est nous qui souffrons le plus dans cette histoire. A cette âge, ils passent vite à autre chose ��

    RépondreSupprimer
  15. Merci de votre note. malheureusement arrive de plus en plus et pas que dans les grandes villes..

    RépondreSupprimer


S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER

* indications requises